Basement Double Mixte

Slider by IWEBIX





Exposition Obey Propaganda, Spacejunk, jusqu'au 23 juin 2012

Qui ne connait pas le visage du célèbre catcheur français repris par Frank Shepard Fairey pour sa campagne OBEY GIANT ? A y regarder de plus près, c’est assez simple; soit vous le portez sur un de vos tee-shirts, soit vous l’avez en stickers dans vos toilettes, soit vous avez déjà vu des affiches dans la rue… Et si vous ne voyez vraiment pas, passez rue des capucins dans la galerie Spacejunk pour vous entendre dire que effectivement ça vous parle.

Tout commence en 1989, avec ‘Andre the giant has a posse ‘ (littéralement André le géant a une bande de potes) rebaptisé ‘ Obey Giant ‘ en 1998 suite à des poursuites judiciaires pour l’utilisation de la marque déposée  » André the Giant  » ( Catcheur et acteur français au physique impressionnant, mondialement connu ).

Le projet est né comme une parodie de propagande associé à une parodie de la marque capitaliste.

spacejunk-obey-01

L’acteur de cette histoire c’est Frank Shepard Fairey, il est américain et issu de la scène du skateboard, du street art. Il s’empare d’images fortes, d’icônes et de slogans pour tapisser les rues du monde entier dans le but d’ interpeller le passant sur sa condition, soumis à la société de consommation.

Ces affiches de propagande, sont largement inspirées de celles de Barbara Kruger, se servant du médium comme message, un moyen sans bureaucratie, pour rendre visible aux yeux de tous une image forte, insistante et universelle.

Un univers principalement bi-color avec l’emploi d’un rouge sanglant qui vous dilate la pupille. Sur ces affiches, apparaissent constamment des visages, des personnalités connues, des étoiles, des vanités, des couronnes, des blasons, des animaux… Figures emblématiques de Pouvoir appuyé par un graphisme marqué, condensé, structuré par des formes vectorielles, souvent symétriques. Efficace et saisissant !

spacejunk-obey-02

L’exposition propose une belle série de sérigraphies récentes, toutes appartenant à des collections privées. Donc impossible de faire l’acquisition de tableaux. Avec sa notoriété acquise, l’artiste de rue a transformé ses images réactionnaires du début en véritable produit marketing.

Alors consolez-vous, en suggérant qu’il ait vendu son âme, lorsque vous achetez sa marque, vous pouvez prétendre en posséder une part. L’artiste défendra la valeur de son intégrité en répondant qu’il aura malgré tout réussi à placer son travail devant les gens, peu importe les médiums, commerciaux ou pas. Son ambition première ( celle de casser l’opinion public et d’aiguiser notre sens critique personnel ) reste honorable. Et quand bien même il n’aurai pas mené son combat jusqu’au bout, il n’en reste pas moins un graphiste accompli et bien entendu un artiste incontournable.

 » Obey ! you must go to the exhibition !  »

spacejunk-obey-03

spacejunk-obey-04

spacejunk-obey-05

spacejunk-obey-06

spacejunk-obey-08

spacejunk-obey-07


Texte et photographies Maia Coulanges

Jusqu’au 23 juin 2012
Galerie Spacejunk
http://spacejunk.tv/
16 rue des capucins
69001 Lyon

Lisez aussi :

XXYYXX / Knxwledge : des beats et des lettres
Foals Tapes : la BO de leurs 5 dernières années

Partagez cet article !



(1) Commentaire

  1. mais il est ou Shepard?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

About Author

Flo-N&b

Graphic&Web Designer // Fondateur du Mauvais Coton