Entretien avec Jérémie Cortial du collectif artistique Elshopo
Repousser le médium et trouver d'autres voies d'expérimentation

11.09.12

J’ai rencontré Jérémie lors de mon stage dans le chouette studio de création Kolle Bolle. Ce personnage atypique à la barbe naissante, au short tâché de peinture assortie (ou non) à ses lunettes bicolores, fait partie des fondateurs du collectif d’artistes Elshopo, spécialisés dans la sérigraphie. Bien loin des clichés, Jérémie nous fait découvrir à travers cette interview sa réflexion autour de ce procédé d’impression que beaucoup « d’artistes » se sont appropriés.

el-shopo-12

Machine à sérigraphier Elshopo bigoût, rose et phosphorescente

Salut Jérémie, ça va ?
Hey Flo, ça va ?

Pourquoi tu n’étais pas au studio aujourd’hui ?
C’est un sacré bordel !

Peux-tu nous présenter rapidement ce qu’est Elshopo ?
C’est un collectif d’artistes qui travaillent avec la sérigraphie, mais en essayant de pousser plus loin le médium, les outils et l’expérience. En résumé, c’est un projet assez global, assez graphique, super diffusant !

Vous faites partie des premiers à avoir expérimenté le revival de la sérigraphie artisanale, pourquoi avoir choisi ce procédé d’impression ?
Il y a trop de raisons ! C’était à la fois le médium le plus accessible, le plus polyvalent, et celui qui permet une qualité d’impression vraiment incroyable, rendu industriel. En plus, c’était d’autant plus excitant de défricher ce terrain où il y avait peu d’infos, et de le faire partager aux autres.

el-shopo-10

T-shirt Elshopo Ice Cream TV, print fluo + phospho

el-shopo-11

T-shirt Elshopo Ice Cream TV, print fluo + phospho

Que penses-tu de cet effet de mode que l’on peut constater aujourd’hui autour de cette technique qui n’est pas si jeune que ça ?
Il y a 4-5 ans, les créatifs ont eu grand besoin de revenir toucher du concret et mettre les mains dans l’encre. Et le fait de ressortir cette technique en vogue dans les années 60 à l’ère du numérique lui a apporté un nouveau peps et plein de nouvelles possibilités graphiques et techniques.

Peut-on encore trouver des voies d’expérimentation dans ce domaine ?
Oui, c’est justement ce qu’il faut faire : repousser le médium et trouver des choses à dire avec ! La seule compétition graphique ne mène à rien. C’est un peu le problème des hipsters rigides de la sérigraphie. La moustache a déjà disparue, les traits en travers et les logos en croix sont déjà hyper ringards… Voilà, si il (n’)y a rien derrière alors c’est parfois beau et impressionnant au début, mais très vite ça se ringardise, et on oublie. Faut chercher le véritable spirit de la sérigraphie et ce qu’elle peut apporter !

Quels sont tes projets récents ou actuels ?
Il y a en ce moment l’expo Arcade Paper au Cri de l’Encre, pour laquelle les gens sont invités à dessiner des backgrounds de jeux-vidéos au feutre. Venez tous dessiner là-bas, il y a une ambiance géniale et c’est en plein centre ville (cf. infos au bas de l’article).

J’ai aussi repris goût à la sérigraphie « classique » et travaille sur plein de nouveaux T-shirts bien flashys. Les motifs utilisent des encres fluos et phosphorescentes et sont vraiment très funs. Ça, c’est avec les potes de l’atelier Inkpress (cf. infos au bas de l’article).

Et là, je commence tout juste à réfléchir sur un nouveau projet interactif en collaboration avec Roman de « Sable Vivant ». Ce serait un flipper laser du futur interactif, qui serait généré en fonction de dessins. A suivre!

el-shopo-02

Exposition Arcade Paper

el-shopo-03

Exposition Arcade Paper

el-shopo-04

Exposition Arcade Paper

Ça te plaît de sérigraphier des filles directement sur leur peau ?
Hihi. Il faut être très concentré techniquement et attentif à la texture du matériau cible. Et du coup c’est plutôt après le rush qu’on se rend compte !

Ça part facilement, sans plaisanter ?
Oui, pas de problème, c’est juste de l’acrylique.

el-shopo-07

Sérigraphie sur peau

el-shopo-08

Sérigraphie sur peau

D’où vient ton rapport avec la culture asiatique ?
Au départ c’est tout simplement à cause de Street Fighters II, Cobra, Docteur Slump, etc. Maintenant, vu que je parle bien la langue et ai plein d’amis illustrateurs et créatifs japonais incroyables, on travaille souvent ensemble et on fait des échanges régulièrement !

Vers quoi souhaites-tu t’orienter dans les années à venir ?
Plus de design objet et interactif, avec une composante graphique et « experience » plus développée.
Mais, pour tout avouer, je ne sais pas trop moi-même ! C’est un peu au jour le jour ! On verra bien.

Si Chienpo était un humain, que serait-il ?
Non, Chienpo est trop pur pour avoir un équivalent humain, mais c’est plutôt un chat qu’un chien en fait.


Elshopo : http://www.elshopo.com
Atelier Anthracite : 10, rue d’Aguesseau. 69007 Lyon – http://www.atelier-anthracite.com
Exposition Arcade Paper au Cri de l’encre : du 29 août au 15 septembre 2012
Vernissage : mercredi 12 septembre 2012. 4, rue Major Martin. 69001 Lyon

Propos recueillis par Florian Ardérighi
Photographies : © Elshopo


el-shopo-05

Stickers Elshopo

el-shopo-06

Sérigraphie sur crâne

el-shopo-14

el-shopo-09

Japanese retro pop party à l'Atelier Anthracite

el-shopo-13

Jérémie sérigraphie Alexandra Rosenfeld

 

el-shopo-15

Sérigraphie sur sein

el-shopo-16

Sérigraphie Nutella sur crêpe

el-shopo-01

Les dessous de la sérigraphie artisanale.