Basement Double Mixte

Slider by IWEBIX





Rafael Lozano-Hemmer : TRACKERS

Art Expositions — 04-10-2011

Jusqu’au 13 novembre prochain, la Gaité lyrique accueille l’artiste mexicano-canadien pour une exposition dont vous êtes l’acteur principal. Pas moins de douze installations entre interactions et techniques de surveillance sont proposées au public afin de rendre ludique la dénonciation d’une époque composée en partie de caméras, capteurs, et scanners radioélectriques.

Trackers4

Rafael Lozano-Hemmer est né en 1967 à Mexico, et vit actuellement à Montréal. Il réalise des installations interactives au croisement de l’architecture et de la performance. En 2007, il est le premier artiste à représenter officiellement le Mexique à la Biennale de Venise. Le MoMA, le Jumex, le Museum of 21st Century, le CIFO, le MONA, le Daros et la TATE de Londres ont acquis ses oeuvres pour leurs collections.

Sa démarche est loin d’être moralisante, bien au contraire. L’artiste cherche à montrer la technologie comme un langage de la mondialisation. Cette vision informatisée prouve à quel point nous sommes quotidiennement traqués dans nos déplacements, et comment nos comportements sont analysés. Au coeur de l’oeuvre, le visiteur contrôle environnements lumineux, enregistrements vidéos, sculptures cinétiques et animations algorithmiques qui sont les matériaux de l’exposition.

Trackers2

Trackers3

Trackers5
Parmi les oeuvres présentées, APOSTASIS se trouve dans une pièce sombre, où des projecteurs sont programmé pour éviter les visiteurs qui chercheraient à s’aventurer sous leurs faisceaux. C’est un commentaire sur la télé-réalité et la quête permanente du «feu des projecteurs».

FREQUENCY AND VOLUME transforme quant à elle le corps de chaque visiteur en antenne: leurs positions et silhouettes, projetées sur grand écran, captent les fréquences radio, la taille des ombres contrôlent l’intensité du signal. Cette oeuvre a été créée au moment où le gouvernement mexicain fermait les radios pirates des communautés autochtones. Elle interroge l’accès au spectre radioélectrique, un espace public invisible.

Trackers11

Trackers12

Trackers13

THE YEAR’S MIDNIGHT transforme en fumée les yeux des visiteurs. Ce vrai faux miroir est équipé d’un système de détection. Tout autant angoissante que ludique, cette oeuvre prend sa source dans les représentations traditionnelles de Sainte-Lucie, et emprunte son titre à un poème de John Donne.

REFERENCE FLOW est quant à elle un agencement de panneaux EXIT motorisés pointant sans cesse vers la gauche du visiteur, quel que soit son trajet, créant ainsi un flux relatif non pas à l’architecture, mais à chaque personne présente dans l’installation.

Vous voilà avertis quant à votre rôle dans la visite de cette exposition. N’ayez cependant aucune crainte, la traque de l’artiste n’est que pur plaisir et divertissement, et invite le visiteur à s’interroger sur son rôle de citoyen.

Trackers8
Trackers9Trackers10

Trackers14

Trackers15

Trackers7

Trackers6

Trackers16

Lisez aussi :

[PARIS] Soirée Cyberpunk à la Gaîté Lyrique
Sur l’étendage – #011 : Antoine Barbot

Partagez cet article !



(0) Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

About Author

Flo-N&b

Graphic&Web Designer // Fondateur du Mauvais Coton