Basement Double Mixte

Slider by IWEBIX





Projection en avant première au 104 de WRONG, film de Quentin Dupieux, mercredi 20 juin 2012

Art Chroniques — 23-06-2012

Dans le cadre de la seconde édition parisienne de The Creators Projects, nous avons pu assister au 104 à l’avant-première de WRONG, quatrième long-métrage de Quentin Dupieux. Trois ans après RUBBER qui relatait les crimes d’un pneu assez gonflé et carrément déjanté, nous voilà entraînés dans les aventures d’un Américain qui a perdu son clébard. Le film sortira en France en septembre 2012, et s’est déjà fait nominer pour trois prix lors du dernier festival du film de Sundance.

Wrong

Alors que le film démarre sur une séquence où ledit ricain est en train de déféquer journal en main non loin de ses collègues, nous sommes très vite confrontés à l’énigme : où est passé Paul, le chien de Dolph ? Jack Plotnick, qui au passage ressemble étrangement à Sean Penn dans Harvey Milk, doit faire face à une sorte de conspiration qui l’éloigne de son chien avec lequel il avait noué une relation quelque peu singulière.

Avec un jardinier incarné par Eric Judor, et une petite amie digne des plus grandes cheerleaders américaines (Alexis Dziena), Dolph mène l’enquête tout le long du film pour retrouver Paul. Entre séquences de mysticisme canin et de scènes totalement absurdes, WRONG est jalonné d’une bande-son réalisée par Mr Oizo himself, avec l’aide de Tahiti Boy.

D’un point de vue pûrement technique et esthétique, Quentin Dupieux est passé un cran au-dessus d’un Rubber tournée au 5D sans budget et dans des conditions de tournage plutôt précaires. Le scénario quant à lui est beaucoup plus ficelé et aboutit qu’auparavant, ce qui offre un rythme incroyable au film. Même s’il ne livre aucun indice spatio-temporel, Quentin Dupieux se contente des décors naturels, et ne s’encombre pas des superflux.

Alors que les premières critiques ont lâché un : « Quoi le putain ? Qu’est-ce que c’est que ce nouveau film complètement barré de Mr Oizo ? », WRONG mérite différentes lectures afin d’en saisir l’essence et la philosophie qui s’y dissimulent.


Texte : Raphaël Le Manchec

Lisez aussi :

La Plume fossilisée de Totally Enormous Extinct Dinosaurs
Dans la fièvre et la joie en préparant les habits de la ville : les Invites des Villeurbanne

Partagez cet article !



(1) Commentaire

  1. Des prix a sundance ? Lesquels ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

About Author

Flo-N&b

Graphic&Web Designer // Fondateur du Mauvais Coton