Festival Les Inrocks-Black XS : un rock qui peine à décoller
Other Lives, Mona, Alex Winston et Timber Timbre étaient au Transbo le 5 novembre dernier

14.11.11

Le retour du festival Les Inrocks – Black XS à Lyon a amené LMC au transbordeur pour découvrir trois groupes et voir le folkeux canadien Timber Timbre sur scène. C’était avec une certaine curiosité que nous nous sommes demandés ce que la bible de la contre culture française allait bien pouvoir proposer à nos oreilles friandes de sonorités nouvelles.

Disons le tout de suite, le festival n’a pas vraiment été un grand moment de rock’n roll. La grande bannière orange des Inrockuptibles a peiné à remplir un Transclub qui n’a jamais donné l’impression d’être survolté. On avait pourtant pas mal commencé avec Other Lives, groupe de l’Oklahoma qui nous a donné de belles nappes sonores aux intonations psyché. On s’est rapidement sentis assez à l’aise avec leur son néo-hippie / folk bien exécuté. Il faut dire tout de même que les lascars sont tous multi-instrumentistes ce qui amène une belle dynamique scénique. Même si on a aimé la demoiselle Jenny Hsu qui jouait d’un tambourin chamanique en bois de je ne sais quel animal de l’Amérique, il faut avouer que, sur le moment, on a pu trouver que le show peinait à décoller.

festival-inrocks-blackXS-05

festival-inrocks-blackXS-01

festival-inrocks-blackXS-02

festival-inrocks-blackXS-04

festival-inrocks-blackXS-03


C’était sans compter sur leurs successeurs scéniques : Mona. Cette charmante formation de Nashville, Tennessee donne résolument dans le teenage rock. Beaucoup ont tenté la comparaison avec les très bon Kings Of Leon, et s’il est vrai que le chanteur Nick Brown et son t-shirt moulant retroussé qui excite les gamines au premier rang a le mérite d’avoir la voix d’un Caleb Followill, le reste se positionne très loin des auteurs de Sex On Fire. De fait, si les quelques groupies survoltées présentes ce soir là on pu apprécier le jeu de scène du gentil bad boy, LMC ne s’est pas laissé emballé musicalement par un groupe qui n’avait de rock que l’étiquette.

festival-inrocks-blackXS-06

festival-inrocks-blackXS-07

festival-inrocks-blackXS-08

festival-inrocks-blackXS-09

festival-inrocks-blackXS-10


Une pinte plus tard, Alex Winston faisait son entrée sur scène. Autant dire qu’après Mona, on avait soif de gros son, concert de rock ou bien ? Ou bien. Là aussi, une voix superbe, mais la débordante énergie du batteur n’a pas suffi à nous faire vibrer pour la protégée des Knocks. On doit tout de même reconnaître un vrai talent chez Alex Winston, mais qui ne nous est malheureusement pas apparu au grand jour. Le groupe est jeune (ils fêtaient leur 1 an), donc la marge de progression reste importante.

festival-inrocks-blackXS-11

festival-inrocks-blackXS-12

festival-inrocks-blackXS-13

festival-inrocks-blackXS-14

festival-inrocks-blackXS-15


Après une petite pause, l’attente typique des salles de concerts s’est invitée pour la première fois de la soirée. Indiscutablement, le public était là pour Timber Timbre. L’album de cet artiste de Montréal nous avait beaucoup plu au Mauvais Coton et nous étions assez impatients de le voir sur scène. Perdu. Assis entre deux loupiotes rouges et entouré de deux musiciens, la folk de Timber timbre n’est parvenu qu’à nos oreilles, nos yeux sont restés absorbés par les deux loupiotes. Coté performance scénique, c’était donc du minimal. Une petite déception tout de même, alors qu’une salle assise se serait mieux prêtée à l’exercice.

Les Inrocks nous ont laissé un sur notre faim, on aurait aimé transpirer un peu et distinguer un riff de guitare durant les presque quatre heures du festival. Peut-être l’année prochaine ?

  • Photos : Jules Roeser
  • Texte : Jules Roeser & Florian Ardérighi