Basement Double Mixte

Slider by IWEBIX





Chinese Man au Festival Reperkusound, samedi 8 avril 2012 au Double-Mixte de Villeurbanne

Interviews Musique — 26-04-2012

Quelques heures avant leur set, les Chinese nous ont fait le plaisir de nous recevoir dans leur tour-bus. Entre parties de foot sur écran géant et effluves d’herbes grasses, nous sommes revenus avec eux sur leur début, leur présent album Remix With The Sun, leurs futures productions et avons participé à un concours d’insultes. Prenant notre mission très au sérieux : Julien est une petite chatte.

Festival Reperkusound soir 2

LMC : Pour nos chers lecteurs qui ne vous connaîtraient pas ou trop peu, une petite présentation s’impose.

Chinese Man : Alors voilà, nous sommes le groupe Chinese Man. Je suis le groupe Chinese Man avec High Ku qui est derrière moi, Zé Matteo et Sly qui malheureusement n’est pas là et avec qui nous avons monté le projet (des hurlements fusent de toutes parts, il semble que Manchester ait marqué un but, ndlr) et Tumi qui est notre invité du mois. Depuis 2004-2005 on a monté le label Chinese Man Records, sur lequel nous avons sorti plusieurs EP,  les Groove Sessions vol 1 , les Groove Sessions vol 2, et l’année dernière on a sorti notre premier album Racing With The Sun.

 

LMC : Et en ce début d’année un petit nouveau !

Chinese Man : Oui en ce début d’année une petite relecture de l’album qui s’appelle « Remix With The Sun ».

 

LMC : D’accord, parlons de ce soir, le line-up semble avoir pas mal changé depuis l’année dernière ?

Chinese Man : Depuis le début du projet nous avons toujours invité pas mal d’artistes à nous rejoindre sur scène. Ce soir il y à Taiwan qui est avec nous depuis le début de Racing With The Sun, puis nous ajoutons régulièrement des gens que nous apprécions, et ce soir nous avons avec nous Tumi (frontman de l’excellente formation Tumi And The Volume, ndlr) avec qui on a sorti un morceau en ce début d’année sur l’album (le très pop Ta Bom avec General Elektriks, ndlr) qui pour le live nous fera des relectures de certains morceaux. Ce ne sera pas sur tout le set évidemment mais il apparaîtra comme ça de façon toujours originale.

LMC : Comment vous est-il venu cette envie de faire un album uniquement composé de remixes ? Le premier envoyait déjà beaucoup.

Chinese Man : Et bien en fait, le fait de beaucoup tourner, de beaucoup produire depuis quelques années nous a permis d’échanger avec pas mal d’artistes, d’autant que notre musique se prête à faire beaucoup de featuring, du coup nous avons décider d’effectuer ces relectures avec les différents artistes croisés, de poser des feats avec ceux avec qui nous avions envie de bosser, notamment sur certains morceaux où il y a beaucoup de voix, que nous avons retirées afin de laisser la place à nos collaborations. On peu citer Chali Tuna, Jeru the Damaja, Femi Kuti… Bref un gros panel d’artistes.

(High Ku est venu se joindre à nous après avoir mis une branlé de première à Tumi, qui nous montre que les Sud-Africains savent aussi être mauvais joueur. Après les présentations, la discussion dérive sur un souvenir de concert de réveillon à Marseille, d’urines dans des bouteilles et de loges sans WC. Mais revenons à nos moutons, ndlr).

 

LMC : Le label a été monté en même temps que le groupe, dans le but de se détacher des grosses maisons de prod. Comment se déroule la gestion d’une telle structure ?

Chinese Man : Alors en fait, à la base c’est nous qui nous occupions de tout étant donné que nous avions monté ça entre nous. Puis nous avions aussi beaucoup de potes qui gravitaient autour du projet, on pouvait donc se relayer un peu les choses. Le projet a ensuite grandi et nous avons du nous décharger, tout en gardant le contrôle, ou plutôt la ligne directrice. Par exemple ce soir avec nous avons Fred, qui est notre label manager, et Julien ici qui est notre tour manager et qui s’occupe de nous trouver des dates, ainsi que Deluxe qui est aussi sous notre label. C’est plus un grand collectif qu’une grande PME.

 

LMC : Le collectif, parlons-en, comment se déroule le recrutement dans le sens artistique du terme ?

Chinese Man : En fait c’est le mélange d’une rencontre à la fois artistique et humaine. Par exemple pour Deluxe, ça nous plaisait mais on avait envie d’y apporter notre patte, de les conseiller et de les aider à se développer. Humainement ils sont aussi tout à fait dans le style de notre équipe, c’était donc parfait. Puis ils ont aussi plein de choses à faire, à vivre, et le fait que nous ayons déjà vécus pas mal d’expériences, bonnes mais surtout mauvaises, on cherche à leur éviter ça.

 

 

LMC : Depuis la sortie du nouvel album, vous voilà partis sur les routes pendant un moment. Quels seront les projets qui vont suivre ?

Chinese Man : D’une part avec le label, ce sera la production et la sortie de l’album de Deluxe, qui devrait arriver d’ici la fin de l’année, et à titre plus personnel nous envisageons aussi la sortie d’un album live et d’autres projets qui sont en cours de création. Accessoirement, je pense aussi passer ma formation d’ébéniste, et Julien s’occupera du potager, et nous avons aussi monté un projet qui consiste à s’insulter mutuellement à travers différentes personnes et artistes à travers le monde. Par exemple Beat Assaillant sur une de ses vidéos promo insulte Deluxe. C’est une sorte de fil rouge.

D’ailleurs si tout le blog pouvait insulter Julien et le traiter de petite chatte, ce serait génial.

 

LMC : Ce sera fait ! Merci beaucoup les gars.


Propos recueillis par Clément Cohé

Photographies : Julien Bourrelly

Chinese Man : www.chinesemanrecords.com

Deluxe : www.myspace.com/deluxeaix

Lisez aussi :

Breton, tu connais ?
Reperkusound soir # 3 : Last but not Least

Partagez cet article !



(0) Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

About Author

Flo-N&b

Graphic&Web Designer // Fondateur du Mauvais Coton