Riddim Collision 2011 : La Colonie de vacances à l’Épicerie Moderne
Fordamage + Pneu + Marvin + Electric Electric + Papier Tigre + Picore

14.10.11

Dans le cadre de la treizième édition du Riddim Collision, la crème de la scène française noise rock se regroupait aux quatre coins de l’Épicerie Moderne pour un spectacle en quadriphonie. L’euphorie.

Pour sa douzième édition, le festival des cultures alternatives porté par l’incorruptible Jarring Effects marque le coup pour sa soirée noise. Les quatre Nantais de Fordamage envoient d’abord la purée de leur son lourd et énervé. Ça commence à transpirer et à faire des vannes à la con, l’apéro parfait pour ce qui allait arriver. Au moment du dernier morceau, on découvre que les quatre groupes de la Colonie de vacances (Pneu + Papier Tigre + Marvin + Electric Electric) avaient déjà rejoint discretos leur poste aux quatre coins de la salle. Fordamage, sur la grande scène, entame alors son final pendant quelques mesures, puis les copains commencent progressivement à suivre. Enfin, ce sont les cinq groupes qui jouent le même morceau, et à bloc. Résultat : un barouf sonore surpuissant et en même temps millimétré, même si tout le monde se marre au début parce qu’il est visiblement chaud de se caler tous en même temps. On s’étonne, on sourit, on se ballade dans la salle, on s’extasie. C’est la Colonie de vacances qui commence, et nous, on trempe dans ce bain de jouvence sonore, perdus comme des orphelins lâchés dans la jungle. Fordamage retiré de la grande scène, on se retrouve ensuite encerclés comme dans un immense ring de boxe par chacun des quatre groupes, défendant tour à tour son bout de gras. Exemple clé pour capter le délire: Pneu commence un titre, au milieu de celui-ci, Electric Electric rajoute une partie batterie, en face, Papier Tigre répond à une phrase de guitare, puis sur la fin, tout le monde reprend le thème pour érinter joyeusement les oreilles de tout le monde. Le reste du temps, c’est un tour de salle infini où chacun va jouer ses perles. Les gens se déplacent dans la salle comme ils le feraient lors d’une expo, prennent un peu à droite à gauche, puis restent devant leur groupe préféré. Pour nous, c’était Marvin et Pneu, techniquement titanesques et au groove implacable. On s’en veut un peu d’être parti sans avoir vu le très bon groupe lyonnais Picore, signé chez Jarring. Bonne humeur et math rock transpirant, on ressort de ce genre d’expérience changé et fin prêt à recommencer.

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-01

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-02

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-03

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-04

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-05

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-06

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-07

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-08

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-09

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-11

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-12

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-13

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-14

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-15

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-16

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-17

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-18

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-19

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-20

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-21

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-22

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-23

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-24

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-25

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-26

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-27

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-28

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-29

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-30

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-31

riddim-collision-la-colonie-de-vacances-32