Basement Double Mixte

Slider by IWEBIX





La Nuit Art Feast au Transbordeur, 4 octobre 2012. Miimo, Kapak & Wankelmut

Livomatique Musique — 11-10-2012

A l’occasion du 4ème anniversaire d’Art Feast, Wankelmut est venu lui même souffler les bougies du collectif dans la salle du Transbordeur. Afin de lui prêter main forte, les résidents lyonnais Miimo et Kapak se sont joints à la sauterie. Une belle soirée teintée d’un parfum berlinois qui ne s’oubliera pas si rapidement. En tout cas, on vous souhaite d’être de ses Lyonnais qui fredonnent encore mécaniquement et béatement : « One day baby, we’ll be old, Oh baby, we’ll be old And think of all the stories that we could have told… ». Certains n’en peuvent déjà plus, d’autres en demandent encore. En tout cas vos yeux et vos oreilles estampillés LMC étaient présents !

Déjà il faut rappeler qu’Art Feast ne s’était pas imaginé recevoir un tel succès pour sa soirée d’anniversaire. D’abord annoncée à La Marquise puis délocalisée au Transbo, rapport au nombre de personnes voulant participer, la soirée a battu son plein. Il faut dire que le collectif ne pouvait pas faire un meilleur cadeau aux mélomanes lyonnais que la programmation de Wankelmut. Bien évidemment, le Berlinois aux yeux de jeune loup s’est fait connaître, reconnaître et inviter principalement pour une buzz-track : One Day. Dans la file d’attente, on ne fait que parler de ça. « Alalalala mais quand il va faire One Day ça va être énoooorme », « j’ai trop hâte », « SWAG » (va falloir d’ailleurs arrêter avec cette expression). Bref, on se moque mais lorsqu’on a son billet entre les mains on ne peut s’empêcher de s’imaginer en rang d’oignons avec une bonne douzaine de potes soiffards remuant la tête et hurlant de manière pitoyable certes, mais pittoresque : à la française en somme. Le pari était donc osé parce qu’à part le fameux « One Day », la grande majorité des gens présents ne connaissaient sûrement rien d’autre de Wankelmut. Il faut dire que la production de cet artiste from Berlin n’est pas très médiatisée ou mise en avant. Chacun se fera son idée sur lui mais on ne peut pas vous cacher que Wankelmut n’est pas un DJ très innovant dans sa globalité. Pas de fausse note ni de surprise mais en même temps lorsqu’on se penche un peu sur lui, on voit qu’il n’y a pas de quoi faire de telles fausses notes. Rien d’original ni de transcendant, Wankelmut n’en reste pas moins un artiste agréable à écouter et puis surtout, son « One Day » mérite bien une soirée pour lui tout seul ! Mais le problème est que ce soir-là, le « One Day » lui-même a été un peu décevant. On s’attendait à un peu d’amélioration, un son nouveau incisé entre les paroles, une variation réfléchie, enfin bref ce que font les DJ lorsqu’ils passent « leur » chanson fétiche dans un set. Rien de changé, les timbres, les beats et les basses : identiques à l’original. « Nom d’un chien -nous diriez vous-, mais pourquoi cette soirée était à ne pas louper ? »

.

wankelmut-transbordeur-12

Réponse HK en trois parties :

  • Miimo & Kapak impériaux ont préparé du mieux qu’on l’attendait le terrain
  • Parce que c’est toujours un plaisir d’aller au Transbo : immense et d’une acoustique qui change des péniches pour entendre de bons DJ
  • Parce qu’enfin on s’est fait une idée sur Wankelmut

Pour Miimo & Kapak, on vous assure que les deux ont vraiment géré ! On a bien su apprécier la qualité du son de Miimo qui nous a bien régalé à base de variations aisément dosées et d’un gros rythme qui a carrément mis la salle en ébullition.

wankelmut-transbordeur-03
wankelmut-transbordeur-01
Bien évidemment, on ne vous cache pas que le fameux pic de la soirée restera un moment inoubliable pour tous ceux qui ont été présents ce soir là. Tout le monde hurlant les fameuses paroles transperçantes. Même si l’innovation n’était pas le mot phare du set, on retient quand même que ce jeune gaillard a réussi à donner un hymne a une génération. Lui même était sans aucun doute étonné que même si loin de chez lui, une salle de concert comme le Transbo puisse accueillir autant de joyeux drilles tatoués et imprégnés de sa musique. On a vu dans ses yeux beaucoup d’affection pour ce public lyonnais qui l’attendait comme une sorte de messie.

Un peu déçu sur la forme, le fond a été cependant à la hauteur de ce que nous attendions. Réunis pour l’occasion, la fête n’a pas été gâchée et puis de toute façon : un jour nous serons vieux et nous repenserons à toutes ces histoires qu’on aura pu vous raconter… Facile mais bon, il fallait bien caser ça quelque part !

wankelmut-transbordeur-02wankelmut-transbordeur-04

wankelmut-transbordeur-05
wankelmut-transbordeur-06
wankelmut-transbordeur-07
wankelmut-transbordeur-08
wankelmut-transbordeur-09
wankelmut-transbordeur-10
wankelmut-transbordeur-11


Texte : Thibault Van der Schooten
Photographies : Marion Nigoghossian

Lisez aussi :

Sortie Noise : Le Réveil des Tropiques
TV et cinéma italiens : état des lieux

Partagez cet article !



(0) Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

About Author

Flo-N&b

Graphic&Web Designer // Fondateur du Mauvais Coton