Auteur(s) : Gustave Shaïmi


Faye Dunaway présentera « Bonnie and Clyde » en ouverture de Lumière 2014

Soirée d'ouverture du Festival Lumière : lundi 13 octobre 2014 à la Halle Tony Garnier, à Lyon

Les femmes cinéastes pouvant prétendre au Prix Lumière et succéder à des metteurs en scène de la stature d’Eastwood, Forman, Loach ou Tarantino, on n’en voit pas forcément. Mais le Festival joue la carte de la parité pour ses soirées d’ouverture : à Jean-Paul Belmondo, honoré l’an dernier, succèdera cette année Faye Dunaway. L’actrice américaine, immense star des années 1970, viendra présenter le mythique Bonnie and Clyde d’Arthur Penn (1967) devant 5000 spectateurs réunis à la Halle Tony Garnier, le lundi 13 octobre. Mise en vente au mois de juin, la soirée est déjà complète. Mais le film sera projeté ailleurs durant la semaine pour ceux qui souhaitent le voir.

Au fil des éditions (nous en serons cette année à la 6e), d’une programmation à l’autre, les préférences des organisateurs du Festival Lumière se précisent. Ça tombe bien : elles rejoignent largement les nôtres. Parmi celles-ci : le Nouvel Hollywood (lire notre article), ce cinéma américain des années 1970 qui vit le règne des grands auteurs et l’émergence d’une pléiade de jeunes acteurs talentueux, devenus aujourd’hui les plus grandes stars nationales : Robert De Niro, Meryl Streep, Al Pacino, Diane Keaton, Jack Nicholson, Jane Fonda, Dustin Hoffman et bien sûr Faye Dunaway, la beauté froide et irrésistible de la période. Le film noir, genre phare des années 1940, se réinvente notamment autour de son visage, immortalisé par de superbes clichés de Jerry Schatzberg, cinéaste « habitué » du Festival.

FayeDunawayLumiere-lmc-01

Bonnie and Clyde est un choix idéal pour faire se tourner les festivaliers vers tout cela. Il est souvent cité, avec Easy Rider de Denis Hopper (1969), comme l’un des films annonciateurs d’une nouvelle ère à Hollywood, à l’orée des années 1970. Le public américain y découvre de nouveaux visages qu’il ne quittera plus des yeux pendant longtemps : Dunaway donc, mais aussi Warren Beatty et, dans un second rôle marquant, Gene Hackman. Les tabous de l’époque en matière de violence volent en éclat avec cette odyssée sanglante du couple mythique de tueurs. Divertissant autant que glaçant, ce film d’Arthur Penn (La Poursuite infernale, Little Big Man, Missouri Breaks, etc.) assurera le spectacle le lundi 13 octobre, après que de nombreux invités auront déclaré « OUVERT » (les habitués comprendront) cette belle semaine dédiée au cinéma d’hier et d’aujourd’hui.

La programmation complète sera dévoilée début septembre ainsi que, tout au long du mois et jusqu’au coup d’envoi, les invités de marque qui viendront présenter des séances au public. Depuis le mois de juin, on connaît déjà les grandes lignes du programme : Prix Lumière à Pedro Almodóvar, cycles Claude Sautet, Frank Capra, westerns spaghetti, hommages à Coluche, Isabella Rossellini, etc. Retrouvez toutes ces informations dans notre article.

Enfin, vous pouvez patienter jusqu’à l’édition 2014 en revivant celle de 2013 à travers nos comptes-rendus quotidiens, illustrés de nombreuses photos, avec Quentin Tarantino, Uma Thurman, Tim Roth, Harvey Keitel et bien d’autres.

+ d’infos sur le site du festival

SPREAD THE LOVE
DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

QUI SE CACHE DERRIÈRE CET ARTICLE ?

Gustave Shaïmi

Explorateur monomaniaque du cinéma d'hier et d'aujourd'hui.
CONTINUEZ VOTRE LECTURE